• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Comment prévenir les maladies causées par les oomycètes phytopathogènes ?

La gestion des maladies végétales causées par les oomycètes est un enjeu important pour réduire les fréquences des traitements phytosanitaires et maintenir une agriculture performante. Pour prévenir le risque épidémique en amont des traitements chimiques, un axe de recherche consiste à développer des méthodes de détection précoce et plus sensible.

A. Coupe transversale d'une zoospore de Phytophthora parasitica observée en microscopie électronique à transmission ;
B & C. Trajectoires de zoospores illustrant la nage libre(B) ou coordonnée lors du processus d’agrégation (C) © Sophie Pagnotta Centre Commun de microscopie
Mis à jour le 21/11/2019
Publié le 20/11/2019
Mots-clés :

Dans la région PACA, des biologistes de l’INRA de l’institut Sophia Agrobiotech et des physiciens du CNRS et de l’Université Côte d’Azur étudient la dynamique de l'agrégation de la principale forme de dissémination des oomycètes dans l’eau.

Il s’agit de propagules flagellées produites par l'espèce modèle Phytophthora parasitica, étudiée au niveau génomique et moléculaire pour ses caractères phytopathogène et polyphage. Le mouvement a été étudié in vitro en mimant l’environnement racinaire exploré par les propagules au moment de l’infection d’une plante. Pour cela, des techniques d’imagerie et des dispositifs microfluidiques ont été développés. Les chercheurs ont montré que le mouvement des propagules peut être contrôlé en provoquant l'agrégation des propagules lors de la détection d'un gradient ionique. Ils ont également établi que l’agrégation résulte d’un mécanisme binaire de chimiotactisme puis de bioconvection D’un point de vue cognitif, ces résultats ouvrent la possibilité de définir les forces et les mécanismes cellulaires qui régissent le mouvement et l’agrégation à la surface des plantes hôtes. D’un point de vue finalisé, c’est une opportunité d’explorer des méthodes nouvelles de contrôle de la dissémination des oomycètes de manière à protéger autrement les cultures indépendamment de l’apport d’intrants.

Ce travail est financé par le gouvernement français, à travers le projet d’investissements pour l’avenir d’UCA JEDI géré par l’Agence nationale de la recherche (ANR-15-IDEX-01); à travers les «Crédits Scientifiques Incitatifs» de l’Université de Nice Sophia Antipolis et de l’Action Recherche du Département Santé des Plantes et Environnement de l’INRA.


--
Référence
Galiana, E., Cohen, C., Thomen, P., Etienne, C. & Noblin, X. 2019 Guidance of zoospores by potassium gradient sensing mediates aggregation. J R Soc Interface 16, 20190367. (doi:10.1098/rsif.2019.0367).